Département de science politique
Faculté des sciences sociales

Comparaison du polimètre avec le TrudeauMeter : Questions & Réponses

Le polimètre salue l’arrivée récente du TrudeauMeter. Le polimètre et le Trudeaumeter suivent tous les deux les promesses de campagne de Justin Trudeau dans le but  d’accroître le niveau d’information politique des citoyens.

Pendant la période de prétest du polimètre Trudeau, on nous a posé des questions à propos des différences entre le polimètre et le TrudeauMeter.

Voici nos réponses en résumé.

(1) Quel est l’objectif principal du polimètre Trudeau et en quoi diffère-t-il de celui du TrudeauMeter?

L’objectif principal du polimètre Trudeau est de produire des verdicts valides et précis sur le niveau de réalisation des promesses de Justin Trudeau afin d’améliorer l’évaluation qu’en font les citoyens, les partis politiques et les médias. Le polimètre nous permet de publier des résultats de recherche comparée qui sont évalués par des comités scientifiques. Bien que nous invitions les lecteurs à commenter sur l’exactitude de nos verdicts, notre objectif n’est pas de recevoir les opinions des lecteurs à propos des enjeux sur lesquels Justin Trudeau a fait des promesses.

(2) Pourquoi le polimètre Trudeau identifie-t-il presque deux fois plus de promesses que le TrudeauMeter?

Notre méthode d’identification des promesses a été établie par le Comparative Party Pledges Group (CPPG), un consortium international de chercheurs universitaires intéressés par la réalisation des promesses électorales. La méthode du CPPG donne des indications claires et précises sur cette étape de l’analyse. La sélection des promesses des plateformes suit un processus de double codage aveugle par deux experts formés au préalable et travaillant de manière indépendante.

(3) Pourquoi le libellé des promesses du polimètre diffère-t-il parfois du libellé des promesses du TrudeauMeter?

La méthode du CPPG consiste à analyser seulement les promesses des plateformes électorales. Conscients que les verdicts de réalisation des promesses peuvent dépendre du libellé de ces dernières, nous prenons soin de citer les promesses de la plateforme verbatim. Ce faisant, nous respectons les intentions des rédacteurs de la plateforme du parti libéral.

(4) Pourquoi les verdicts du polimètre différent-ils parfois de ceux du TrudeauMeter?

La méthode du CPPG définit de manière claire et précise les critères pour poser les verdicts de réalisation des promesses. Par exemple, selon notre méthode, la promesse d’accueillir 25,000 réfugiés syriens n’a pas été rompue, mais est réalisée en partie dès lors que des réfugiés parrainés par le gouvernement ont été accueillis sur le sol canadien.

(5) Pourquoi le polimètre Trudeau n’utilise pas les lettres de mandat comme sources pour justifier ses verdicts de réalisation de promesses?

La mention d’une promesse dans une lettre de mandat ou dans le discours du trône ne signifie pas qu’une action est entreprise en vue de la réaliser. Avant de déclarer une promesse « réalisée », « en voie de réalisation » ou « rompue », nous nous assurons qu’une action ou une décision explicite a été ou est sur le point d’être entreprise par un responsable politique en vue de sa réalisation ou de son abandon.

(6) Quand le polimètre a-t-il été créé?

Le polimètre a été en opération continuelle depuis 2011. Nous avons suivi la réalisation des promesses du gouvernement de Stephen Harper élu en 2011, de celui de Pauline Marois élu en 2012 et de celui de Philippe Couillard élu en 2014. Nous avons accumulé une vaste expérience en matière d’analyse de la réalisation des promesses électorales.

L’équipe du polimètre

Formulaire de recherche